Facebook Twitter Youtube deezer spotify

album
Centre Ville

Les rues pavées

paroles et musique : Mathis
 

Par la fenêtre cassée de la chambre,
J’aperçois la clarté,
Des frimas alanguis de Décembre,
Qui s’étalent à moitié

Je suis seul et j’ai froid ce matin,
Et y a plus de café
Encore une journée qui ne mène pas bien loin
Et demain recommencer

La jeune femme qu’hier soir j’ai croisé
Marchait droit devant moi
Mais pourquoi ne s’est-elle pas arrêtée?
Elle avait mieux à faire, je crois

Et les gens passent autour de moi sans me voir
Mais moi non plus je ne vois rien
Je marche, je cherche et m’obstine sans savoir
Quel est le bon chemin

Et les rues pavées que j’emprunte
Pour sortir de chez moi
Ont figées les empreintes de mes pas
...alors je reste là

L’hiver est rude et torture mes vaisseaux
Ma peau devient de bois
C’est si dur de vouloir être un autre
Et de n’être que soi

J’ai beau faire des efforts par milliers
Par milliers, quelle urgence
Rien ne bouge et ne peut m’éloigner
De cette indifférence

Quand je parle, je n’entends pas ma voix
Quand je crie, rien ne vient
Et si je crois m’exprimer parfois
C’est pour parler de rien

Ainsi s’étirent le temps et les heures
« S’endormir sans dormir
S’ensommeiller sans sommeil »1, sans ardeur
Jusqu’à cesser d’en rire

1 Richard Brautigan – « Je regarde mon lit, 3h du matin » in Journal japonais (Ed 10/18)



Toutes les paroles présentes sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs.